Billets d'humeur, Société

Comment vivions-nous avant la doudoune ?

Temps de lecture : 1’38

Il y a des progrès qui nous ont apporté un confort que la plupart d’entre nous s’accordent à penser comme relevant du strict minimum : eau courante, électricité, donc eau chaude, chauffage, frigo, lit, téléphone portable… ordinateur ? Peut-être pas encore pour tout le monde, mais le jour où il va rejoindre une liste de naissance n’est plus très loin (à moins que là aussi, je sois en retard ?). À ces éléments de base, j’ajoute officiellement un objet qui prend tout son sens en hiver, mais pas que, j’ai nommé la doudoune !Comment vivions-nous avant la doudoune ? Ou plutôt comment survivions-nous ? Je ne sais pas. J’ai du mal à me figurer ma vie sans la doudoune, et pourtant, jusqu’à très récemment j’évoluais sans. (Pour les rares qui ne se seraient pas encore procurés une doudoune, c’est ce petit blouson tout léger qui peut vous prémunir du grand frisson cf. photo.)

——————-

C’est l’été et vous randonnez en semi-montagne. A l’heure où vous prenez le départ le thermomètre affiche un petit 7 degrés : c’est doudoune obligatoire, qui, aux premiers rayons de soleil, sera rangée dans son enveloppe compacte pesant le poids de trois plumes dans votre sac à dos. C’est le printemps, la météo est instable, au soleil, vous retirez une épaisseur, à l’ombre, vous grelottez : doudoune obligatoire. En automne, même combat. Ce qui vaut pour l’extérieur vaut pour l’intérieur : soit on a déjà coupé le chauffage, soit on ne l’a pas encore allumé, et vous vous les gelez. Une seule réponse : la doudoune. Bien sûr, c’est en hiver qu’elle marque tous les points. Elle se glisse sous tous les manteaux, telle une seconde peau. Ce n’est pas « barrage contre le Pacifique » mais contre le froid. Si vous êtes intrépide, vous choisirez un modèle sans manches. Si vous avez un cou de girafe, vous prendrez celui avec col. Quant aux fervents défenseurs de l’harmonie, ils en auront une à chaque couleur de l’arc-en-ciel.

Une fois que vous aurez goûté à la vie avec doudoune vous ne pourrez plus envisager de ne pas en avoir une. Elle sera votre alliée de tous les jours, vous réchauffant le corps et le cœur car dans « doudoune » il y a « doudou ».

Post-scriptum : journée d’hiver au nord de la Thaïlande, il fait très froid, soit 20 degrés à l’ombre. Les Locaux ont revêtu leur doudoune et leur bonnet mais ils ne se sont pas départis de leurs claquettes.

© Virginie Manchado, 2019

2 réflexions au sujet de “Comment vivions-nous avant la doudoune ?”

  1. Je pars en Birmanie dans 15 jours et je vais glisser, discrète et fidèle, une doudoune dans mes bagages….Bravo Virginie, tu as l’oeil sur nos tics et nos tocs!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s