Littérature étrangère, Livres

« Les anges et tous les saints » de J. Courtney Sullivan

Temps de lecture : 1’27

Le sort de Teresa et Nora est sensiblement le même que celui des milliers d’Irlandais qui un beau matin des années 1950 ont embarqué dans un ferry direction les États-Unis, un aller simple en poche. Si Teresa est tout excitée par cette expatriation, Nora, sa grande sœur et sa mère par procuration, la vit comme un déchirement.

Quand le taxi arriva, Nora crut qu’elle ne réussirait pas à monter à l’intérieur. Comment vos jambes pouvaient-elles vous porter vers un endroit où vous n’aviez pas envie d’aller ?

Patrick est mort

Nous sommes désormais en 2009 et Patrick, la cinquantaine, vient de mourir. Patrick était le fils aîné de Nora. Après lui sont venus deux autres garçons et une fille. Entre eux tous un entrelacs de mensonges et de non-dits. Des émotions rentrées, une spécialité de Nora qui a porté la maisonnée à sa façon, avec rigueur, droiture et dans le respect de la religion chrétienne.

Aujourd’hui qu’il faut mettre Patrick en terre, tout le monde se réunit et Teresa choisit de montrer le bout de son nez, une surprise de poids pour tous les enfants de Nora qui n’avaient jamais entendu parler d’elle jusque-là…

Les saints et tous les anges

C’est le poids de la destinée face à la volonté, le poids de l’exil pour ceux qui sont partis et pour ceux qui sont restés, le poids de la rigidité de l’Eglise catholique, le poids des secrets qui infléchissent nos histoires personnelles avant de nous sauter en pleine face.

Les secrets n’avaient jamais rendu personne heureux. Ils avaient rongé Patrick, distordu la réalité, engendré la situation qu’ils vivaient aujourd’hui.

Lire du Courtney Sullivan

C’est psychologique. Touchant. Ça raconte l’inconfort de l’immigration et d’être en permanence déchiré entre deux cultures, deux nationalités, deux identités et rongé par des secrets.

Le point commun entre Nora et ma grand-mère maternelle

Deux émotionnelles froides qui ont mené leur vie selon leur sens du devoir.

Les saints et tous les anges, de J.Courtney Sullivan, Rue Fromentin, 2018.

 

© Virginie Manchado, 2020

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s