Non classé

Journal du confinement relâché – Semaine 8 – 6 décembre 2020

Temps de lecture : 6’19

Lundi 30 novembre

Je suis en mode Macron, pour le sommeil (il dort quatre heures par nuit, cinq quand il s’octroie une grasse matinée), pas pour la loi Sécurité globale.

*

À plusieurs personnes, je dis « Non, je n’ai pas le temps de le faire », alors que j’ai le temps de le faire.

*

Vu dans un bêtisier de jeux télévisé : « Complétez l’expression “Être char*ette” qui signifie être en retard dans son travail. » Les candidats ont successivement répondu : « Être charpette, Être charmette, Être charjette, Être charkette (c’est ma préférée), Être charnette », avant de trouver la bonne réponse qui est…

*

Recette pour s’endormir : écouter n’importe quoi pourvu que la personne qui parle ait une voix grave (Françoise Hardy, par exemple, ça ne marche pas, parce que tout d’un coup elle part d’un grand éclat de rire très aigu). C’est pour ça que mon chéri m’explique s’être longtemps endormi au son de Faites entrer l’accusé, j’ai tout de même un doute sur les vertus apaisantes de ce programme.

*

Françoise Hardy, c’est bizarre, en interview, jeune elle avait une voix grave, plus âgée, très aigue.

Mardi 1er décembre

Qu’est-ce que c’est que ce SMS de gouv.fr qui me dit de télécharger l’appli TousAntiCovid, non mais de quoi je me mêle !

*

Ce soir, au lieu d’écrire depuis mon bureau, je m’assois dans mon fauteuil, pose un gros coussin sur mes genoux et mon ordi dessus : changement de perspective.

*

Deux soirs de suite (et toute la semaine en fait) : douche bouillante.

*

J’explique au chat que nous allons déménager, que bientôt nous serons trois tous les soirs et aussi qu’il peut commencer à ranger ses croquettes, ses litières, ses ficelles et tous ses jouets. N’a pas l’air très concerné.

*

Piloter des motions, des podcasts, des films et des teasers, travailler avec Square, Talkspirit, Telegram, Teams, faire un flipbook, animer des ateliers, ces derniers mois j’ai appris beaucoup de choses.

Mercredi 2 décembre

Variation sur le même tôt : je m’endors tôt mais me réveille à 3 h 33.

*

J’écoute de nouveau Les Rois maudits. À force, je connais les répliques par cœur : « Il acceptait sa mort, presque une délivrance, mais il n’acceptait pas de mourir injustement ni de mourir déshonoré », « … vit sous les tempes du grand maître les artères qui se gonflaient comme des couleuvres bleues ».

*

Ventre en vrac, patate bouillie avec une noix de beurre, régression.

*

Mon billet d’avion pour Noël est annulé. Quand ce n’est pas le train, c’est l’avion.J’ai un karma gastro très léger puisque je n’ai jamais eu de gastro, en revanche j’ai un karma trajet-déplacement très très lourd (surtout, ne pas se déplacer avec moi). Peut-être que dans une vie antérieure, j’ai fait couler La Santa-Maria, crasher un Concorde sur un hôtel de Gonesse ou provoquer une collision de charrettes entre un tavernier gaulois et un centurion romain. En tout cas, j’expie.

*

Une bonne amie m’explique que le petit chat fraîchement arrivé dans la famille est une chatte mais qu’elle porte le nom d’un personnage des Chevaliers du Zodiaque : Ikki. C’est son mari qui a choisi le nom, elle ajoute : « Tu vois les références. »

*

Mon chat qui aime tant les soupes que je prépare fait des émules. Liste des soupes maison testées et approuvées par le chat : dans l’ordre de préférence : courgette, poireau-pommes de terre, cresson, potimaron, champignon.

*

*

À table, je saisis ma fourchette lorsqu’un bruit sec et fort retentit : l’assiette s’est fendue en deux sur tout son diamètre. Du coup, mon compagnon et moi demandons à l’esprit de faire un tac pour « non » et deux tac pour « oui ». Notre première question est : « Est-ce que le chat dormira avec nous ce soir ? » Réponse : tac.

*

« Né sous Pompidou, faut pas non plus exagérer, déjà qu’on est né sous Giscard ! (Un livre de Soledad Bravi et de Hervé Eparvier.) (Je ne sais toujours pas pour qui avait voté ma mère en 1981.)

Jeudi 3 décembre

Le chat n’a pas dormi avec nous.

*

Mon compagnon prend toujours l’accent marseillais lorsqu’il s’adresse au chat, pourquoi c’est du sang cent pour cent parisien qui coule dans ses veines.

*

Sur la nouvelle autorisation de sortie, les déplacements pour se rendre dans un lieu de culte viennent avant les déplacements pour se nourrir et se promener.

*

J’explique au boucher qu’aujourd’hui et demain je n’ai absolument aucun rendez-vous professionnel, pas une seule réunion, pas un seul Zoom, Skype, Teams, Googlemeet. Il me dit être heureux pour moi parce qu’il m’apprécie, mais je vois bien qu’il ne mesure pas la pleine portée de l’événement.

*

Devinez qui a une réunion à 17 heures ? Et demain à 16 h 30 ?

*

Pfff mes titres ont de nouveau été retoqués (mais je m’en doutais). Les bons titres, ce n’est pas facile à trouver.

*

Le colis Amazon que mon amie m’a fait livrer (cf. dimanche 29 novembre) s’est égaré… Une punition du destin pour avoir fauté ? 

*

J’apprends que ma filleule veut un pilou pilou pour Noël. « Qu’est-ce que c’est un pilou pilou ? »

Vendredi 4 décembre

Alors que je surfe pour acheter un pilou pilou koala (il n’y en a pas dans les boutiques près de chez moi), je tombe sur ceci :

*

Amazon a finalement trouvé le chemin jusqu’à ma boîte aux lettres.

*

Une moustache du chat rebique, on dirait Salvador Dali.

*

Dans ma surchaussette qui sort du lave-linge je trouve une chaussette bleue roulée en boule.

*

Ces temps-ci je travaille avec un dénommé Hervé que j’ai systématiquement envie d’appeler Pierre, ça me fait ça aussi avec un Xavier que j’appelle Patrick.

*

Pendant que je patiente, à côté de moi, un jeune homme téléphone à sa mère à qui il dit régulièrement « Maman, détends-toi, on n’est que le 3 (on est le 4). » Puis il parle de Toulouse et de Nice et il finit par « J’ai vraiment une famille d’abrutis ! » Et je me demande qui n’a pas pensé pareil au moins une fois dans sa vie…

*

Adolf Hitler Uunona est élu avec 85 % des voix en Namibie.

*

Dans un espace de coworking j’avais eu pour voisine une psy qui m’avait raconté qu’un homme s’était présenté à elle pour entamer une thérapie, malheureusement il n’avait pas les moyens de payer les séances, aussi se proposait-il de faire le ménage chez elle, la lessive aussi, surtout de ses petites culottes.

Samedi 5 décembre

On sonne à la porte : la bouteille de vin rouge promise le vendredi 13 novembre m’est remise.

*

Reçu dans ma boîte aux lettres ce jour.

Mon compagnon s’endort en lisant un texte que j’ai écrit.

*

Dessin en écoutant des romans noirs de Marcus Malte, que je découvre.

Dessin inspiré de celui de Soledad.

*

© Virginie Manchado, 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s