Billets d'humeur, Société

Journal du couvre-finement – 2 mai 2021

Temps de lecture : 4’12

Dimanche 25 avril

Cette semaine, le mélomane du dimanche m’a écrit « Je me suis laissé bercer par un morceau étrange et intemporel de Mazzy Star en te lisant. Tes billets sont comme des graines semées le long du parcours… »

*

Souvenir du week-end jardinage nu (lien envoyé par un camarade) : je sens que ce sujet passionne les foules.

*

*

Constat joyeux que depuis que nous avons emménagé dans cet appartement, le chat a perdu la vilaine habitude de griffer le meuble gris pour attirer mon attention.

*

Extinction des feux à 21 h 52 : toute la maisonnée dort d’un sommeil de plomb jusqu’à 7 h 30.

Lundi 26 avril

Rapport hebdomadaire de temps d’écran la semaine passée : 8 h 35 par jour. Plus les deux heures quotidiennes sur le tél : je vais me tirer une balle.

*

Comme elle me l’a demandé, je lui envoie un mail aujourd’hui pour qu’elle le trouve à son retour au bureau, après un week-end prolongé, mardi matin. Aussitôt ai-je employé sur « Envoi », qu’elle me téléphone pour me parler du mail en question et de ce qu’il faut faire, et qu’elle est d’accord avec moi blablabla blablabla. « Je voulais t’en parler demain, mais comme je vois que tu travailles aujourd’hui, donc je t’en parle », finis-je par lui dire. « Ah non, non, non. Je ne travaille pas aujourd’hui. Aujourd’hui, je suis dé-con-nec-tée. »

*

Et le chat qui griffe le meuble gris.

Mardi 27 avril

8 h 25 : je pars en virée matinale. Jardin des plantes, Gobelins-Mouffetard où je tombe sur une copine qui boit son café du matin avec son chien. On s’installe sur le rebord d’une fontaine et pendant que les pigeons nous éclaboussent on papote. Je lui explique que j’achète de moins en moins de chaussures et lui parle aussi de #fleuristhenewchaussure, elle me raconte qu’elle a renoncé aux sacs à main. De retour chez moi, bien sûr, la première chose que je fais, c’est lui envoyer des photos du balcon fleuri. 

*

Puis je repars me promener. Chocolat chaud de chez Salah, que certains de ses clients appellent « le roi Salah ». 

*

Des mamies et des papis jouent au ping-pong dans le square.

*

« Nous sommes en garde alternée du stand », explique mon primeur à ses clientes, car « Sybille veut divorcer, après trente ans de mariage ». « J’ai tout fait pour la retenir », ajoute-t-il.

*

Qui croire ?

J’ai envie de croire les prédictions du haut.

Mercredi 28 avril

Dans la nuit, je rêve qu’une personne de ma famille (je ne peux pas dire qui, et « c’est regrettable, ça nous aurait fait rire un peu »), a dit que je conspuais deux autres personnes de ma famille (là aussi je dois me la boucler), je m’emploie le temps d’un repas de famille géant à rétablir la vérité.

*

Je porte mon ensemble vert, un masque vert assorti et me promène sur la Coulée verte, entourée de son écrin de verdure printanier, un clochard me dit « Ça fait beaucoup de vert quand même ».

*

Première fleur de thym.

Jeudi 29 avril

Dans ma salle-de-bains, je prends un fou rire en apprenant à la radio qu’un chewing-gum mâché par Britney Spears a été vendu 14 000 $ aux enchères. 

*

Muguet des bois avec sa mousse.

Dessin inspiré de celui d’Emmanuelle Teyras

*

On ne sait pas pourquoi mais quand nous nous sommes rencontrés, il avait les pieds chauds et moi, les pieds froids, mais à présent, c’est l’inverse.

Vendredi 30 avril

Promenade de Kant : tous les soirs à la même heure, le chat demande à faire sa promenade dans le couloir de l’immeuble.

Samedi 1er mai

Une fois n’est pas coutume, cette semaine, j’ai été la dernière à me lever (vers 8 h 30), mais le week-end je reprends mes bonnes habitudes. 7 h 30 : une théière fumante à portée de main, une couverture sur les genoux, le chat sur la couverture et un livre.

*

Le week-end dernier je lisais un roman (très bien) dans lequel un enfant londonien est confié à une famille d’accueil le temps de la guerre. Cette semaine j’ai lu un roman (bof) dans lequel un enfant juif hollandais, qui passe ses premières années entouré de toiles de maîtres, est confié à une famille chrétienne le temps de la guerre. Ce week-end je lis un roman (top) dans lequel une Américaine d’origine irlandaise aime la peinture hollandaise, et déteste les Anglais.

*

Et voilà que Guan a vendu son restaurant. Non seulement nous ne mangerons plus d’aubergines à l’ail, mais nous ne saurons définitivement pas si la personne qui servait était un « il » ou un « elle », ou les deux à la fois.

*

En préparant mon billet hebdomadaire, je remarque qu’à celui de la semaine dernière j’avais indiqué la date « 2011 » et vous ne m’avez rien dit…

*

Pétard, mais c’est le week-end de jardinage naturiste ! Après avoir écouté cette émission hier soir, je suis quelque peu refroidie… (cf. post du 25 avril 2021).

*

Tarte à la tomate maison et Rocknroll.

Dimanche 2 mai

2 réflexions au sujet de “Journal du couvre-finement – 2 mai 2021”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s