Billets d'humeur, Société

Journal du couvre-finement – 13 juin 2021

Temps de lecture : 5’37

Dimanche 6 juin

En faisant le marché, nous prenons des boules de graines bio pour les deux mésanges qui viennent picorer sur notre balcon. Un chat, des oiseaux, nous aurons bientôt une carte famille nombreuse.

Lundi 7 juin

Je prends ma plus belle plume pour dire à une entreprise tout le bien que je pense des délais de paiement qu’elle pratique.

*

En passant près du chat, qui ronflote dans le fauteuil (oui, sur une couverture en laine par ce temps), je me penche sur lui et lui fais un petit câlin, mais lorsque je m’apprête à partir le chat trouve que j’ai été trop avare en tendresse, aussi il tend sa patte vers moi et s’accroche à ma belle robe bleue qui a commencé de virevolter au moment où j’ai amorcé mon demi-tour. Et crac.

*

Dans le métro à l’aller : la mère descend l’escalier en portant le bébé et les deux valises à roulettes, le père est sur le quai et se retourne vers eux en soufflant parce qu’ils ont raté le métro. Dans le métro au retour : le type est au téléphone. « Tu me laisses finir ?! De toute façon, tu te débrouilles pour ne jamais être à la maison quand je ne travaille pas en plus tu as changé… Tu me laisses finir ?! en plus tu as changé… Tu me laisses finir ?! »

*

Les esprits et les corps se préparent :

*

La mamie qui a un balcon « tout orange » raconte à la concierge, qui me fait un grand coucou de la main, depuis le bacon « tout orange », moi qui suis sur mon balcon, coucou auquel je réponds comme si nous étions chacune à une extrémité d’une plage immense : « Je suis TRÈS fière de mes géraniums. »

*

Dans la rue, je croise une fille qui promène son chien. Elle porte un tee-shirt sur lequel est inscrit « Born in the 80’s » (je n’aime pas du tout cette mode des tee-shirts à inscription). Elle doit avoir le même âge que moi, mais je trouve qu’elle fait plus âgée que moi.

*

Et la destinataire de mon message à qui j’avais réservé « ma plus belle plume » me répond : la conjoncture est rude, de plus, ils ont eu des problèmes de renouvellement d’équipe financière alors même qu’ils faisaient face à une menace de piratage avec demande de rançon. Pas de bol, c’est tombé pile poil au moment où ils devaient me payer. « Désolée, j’ai été victime d’une demande de rançon, que j’ai payée, bien évidemment, vous me connaissez, du coup j’ai plus un rond », c’est que je vais dire aux impôts au mois de septembre.

*

J’ai remarqué que mes ongles poussent moins vite dès qu’ils sont cachés par une couche de vernis.

*

Nous achetons nos billets pour aller visiter la grotte de Lascaux cet été. Tarif adulte : 20 €, tarif réduit adulte : 19 €. C’est ce qu’on appelle une vraie politique tarifaire.

Mardi 8 juin

Interview avec une éthologue spécialiste des abeilles : elles savent compter, elles butinent jusqu’à dix kilomètres de leur ruche, certaines se perdent sur le chemin du retour, d’autres sont de vraies branleuses, bref, chacune a sa personnalité.

*

Malgré la rudesse de la conjoncture, le renouvellement de l’équipe financière et la menace de piratage avec demande de rançon, je suis payée. 

*

Lors d’une discussion téléphonique avec ma grand-mère, je lui dis que tout près de chez moi il y a des tilleuls qui me font penser à ces étés où, elle et moi allions sous le tilleul de chez elle cueillir les fleurs pour les infusions d’automne, j’avais sept ou huit ans. « Tu t’en rappelles ? » « Bien sûr, que je m’en rappelle », me répond-elle, et une onde de chaleur traverse mon corps. 

Mercredi 9 juin

En pleine réunion, une musique – genre musique d’attente d’un cabinet de notaires – se déclenche. J’appuie sur tous les boutons, y a rien à faire.

*

Par la fenêtre ouverte j’entends au loin Niagara, puis les Rita Mitsouko. Ce voisin et moi devons avoir le même âge.

*

J’épluche et émince 700 grammes d’oignons, que je fais confire. Je pense que tout le voisinage a compris que ce soir nous allons manger une pissaladière.

Un jour, il faudra sérieusement que je songe à acquérir ces lunettes anti-pleurs spécial oignons :

D

*

J’arrive à la piscine juste au moment où les salariés s’en vont et où les enfants ne sont pas encore arrivés. Ma joie doit se voir, car une mamie me souhaite « Bonne piscine ! » Dès les premières longueurs, je sens que demain je vais morfler.

*

Jeudi 10 juin

Dicton du jour : « La famille, t’en as pas t’es malheureux, t’en as t’es malheureux ».

*

Vendredi 11 juin

Longtemps, j’ai été époustouflée par la capacité de ma grand-mère à se réveiller à l’heure sans réveil (elle n’a jamais eu de réveil). Hier soir, en me couchant, je me suis dit « Demain, il faudrait que je me lève vers 7 heures moins dix pour aller à la piscine. » Je me suis réveillée à 6 h 48. Ça n’a l’air de rien comme ça, mais chaque fois que je vis des scénarios comme celui-là, j’ai l’impression d’avoir accompli ma vie.

*

Et donc à 7 h 15, je franchissais le mur du son à la brasse.

*

Vous réglez le thermostat sur 220 ° C et vous enfournez pendant 40 minutes.

*

Déjeuner dans le 15e puis balade par les Invalides (avec ses moutons et sa tour Eiffel à portée de main), et pour finir les Tuileries et ses fougères qui me font baver d’envie.

*

Samedi 12 juin

Je décide de faire un poisson au barbecue. C’est une catastrophe, même le chat, ça ne l’intéresse. Plus tard dans l’après-midi, je suis obligée de faire un gâteau au chocolat pour camoufler l’odeur.

*

Comme c’est bientôt l’anniversaire du chat, nous lui tirons les cartes pour connaître les grandes tendances de son année. Vie prof : Le Jugement = la prise de conscience, une nouvelle ère, une nouvelle façon de travailler, des contrats. Vie sentimentale : Tempérance = Faire la paix avec son passé, fluidifier les échanges. Vie relationnelle : L’Impératrice = Intelligence, rapidité, charme, domination.

*

Tous les soirs, je fais la lecture à voix haute d’un roman à mon compagnon. J’en suis à la page 79 quand je me rends compte qu’il s’est endormi. Après vérification, il me faudra repartir à la page 65.

Dimanche 13 juin

Je dois envoyer le post tôt dans la journée, car nous sommes invités à déjeuner chez les culs-nus – on trouve de tout en Ile-de-France !

*********

Chers amis, sachez que la semaine prochaine il n’y aura pas de journal, car je serai en bord de mer, sauf si le sort s’acharne sur moi et qu’encore une fois, nous sommes confinés juste au moment où je veux aller marcher sur le sable (ou les galets), cf. la femme qui voulait voir la mer. Rendez-vous dimanche 27 juin avec deux semaines en une !

2 réflexions au sujet de “Journal du couvre-finement – 13 juin 2021”

  1. Coucou Virginie
    Ravi de te lire très régulièrement
    C’est tellement vivant ce que tu écris
    Ici, la vie reprend son cours
    C’est bien et c’est pas bien
    On oublie à nouveau la Terre et les oiseaux
    Les moustiques sont revenus
    Les riches sont riches
    Les pauvres le sont
    La musique s’entend à nouveau
    Quelques concerts
    Quelques mariages
    Bisous

    Aimé par 1 personne

Répondre à Virginie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s