Billets d'humeur, Histoires et récits, Livres

Retour sur expérience / Projet livre vivant / « La Dernière Fois »

Le temps de chaque consultation était de 20 minutes, le récit durait une quinzaine de minutes, les minutes restantes étaient dédiées à l’échange entre lecteur et livre vivant. - Lors de la première session de 3 heures en bibliothèque, j’ai été consultée 3 fois. - Lors de la deuxième session de 3 heures en bibliothèque, j’ai été consultée 7 fois. - Lors de la troisième session de 3 heures en bibliothèque, j’ai été consultée 6 fois. - Lors de la dernière session de 3 heures en bibliothèque, j’ai été consultée 6 fois. En tout : 22 consultations + de nombreuses répétitions, en solo (tous les jours chez moi), et 2 avec Christine (une des porteuses du projet) = j’ai dû raconter « La Dernière Fois » quelque 80 fois.

Billets d'humeur, Histoires et récits, Livres

Projet livre vivant / « La Dernière Fois »

Vingt-quatre individus, des anonymes, comme moi, sont réunis en bibliothèque. Chacun d’eux est un livre vivant et raconte une histoire personnelle librement choisie. À l’entrée de la bibliothèque, les usagers consultent le catalogue des livres vivants disponibles et en choisissent un. La bibliothécaire va chercher le livre vivant dans la remise puis l’installe face à l’usager, tout proche de lui. Le livre vivant raconte son histoire, pour l’usager et rien que pour l’usager. La lecture une quinzaine de minutes. Ensuite, le livre vivant retourne en remise, à moins qu’il ne soit déjà sollicité pour une nouvelle consultation. L’usager peut consulter un autre livre s’il le souhaite.

Billets d'humeur, Société

Changer d’âge

Je change d’âge, et pour la première fois de ma vie ça me fait tout drôle. Ce n’est pas tant le nombre d’années cumulé mais le fait que ce soit arrivé si vite. Pourtant, on m’avait prévenue. Et il paraît que plus ça va, plus ça s’accélère. Enfant, je regardais les « grands » de 18 ans et je rêvais d’avoir leur âge, pour faire uniquement ce que je voudrais. Je m’imaginais une vie riche, absolument autonome et outrageusement provocante. Mais c’était dans longtemps, un temps qui me paraissait infini, qui ne cessait de s’étirer. Et voilà qu’en un claquement de doigts j’ai plus que deux fois 18 ans.

Billets d'humeur, Société

Adieu, ma vendeuse de chaussures

J’ai repensé à la dernière paire que j’avais achetée dans cette boutique et j’ai regretté de n’avoir pas su que c’était la dernière fois que je faisais ce geste somme toute anodin. C’est ça qui est terrible dans la vie. Bien souvent, on ne sait pas que c’est la dernière fois qu’on rit aux éclats avec ses amis, qu’on se love dans les bras de l’être aimé, qu’on déguste le riz-au-lait de mamie, qu’on signe un contrat ou se promène en tel endroit. Ça vous fauche en plein vol sans crier gare et c’est point final.

Billets d'humeur, Société

Keep running, dickrunning

Je me suis mise au jogging. A dire vrai, ça fait quelques années déjà, quatre cinq, que régulièrement je me remets au jogging. Je me souviens que la première fois que j’ai couru, quinze minutes, j’avais cru vomir toutes mes tripes. Arrivée chez moi, je m’étais allongée sur le canapé, les muscles de mes cuisses tremblaient.

Billets d'humeur, Féminisme, Société

Qui élève nos enfants ?

Temps de lecture : 4’16 Vous êtes expatriés dans une grande ville asiatique. Vous occupez un poste à responsabilité, vous gagnez beaucoup d’argent, et vous en avez besoin parce que là-bas tout coûte cher, très cher — un an d’enseignement en école maternelle : 17 000 €. Vous travaillez beaucoup. Le matin un taxi vous emmène au bureau,… Lire la suite Qui élève nos enfants ?

Billets d'humeur, Livres, Société

Amazon, plus grand éditeur de tous les temps

C’est l’épiphanie du jour : Amazon est désormais un éditeur capable de dénicher des talents vieux de… 130 ans. Merci à toi Amazon de nous avoir fait découvrir cette « nouvelle publication d’Emile Zola » rien que pour nous.

Billets d'humeur, Société

Catsi est revenue !

Un soir, foutue pour foutue que je me dis, je tente, une dernière fois, de réinviter, Catsi75 à jouer contre moi. Et là, miracle, elle répond positivement. Danse sacrée dans le salon ! La première chose que je dois dire, c’est que bien évidemment la première partie que nous avons jouée l’une contre l’autre, je l’ai perdue. Moi qui avais la baraka début janvier, il n’en reste plus rien. La deuxième, c’est j’ai réalisé que son pseudo n’était pas « Catsi75 » mais « Catsi ». Je devais être en proie à une crise de delirium tremens à imputer à mon état lorsque je vous avais fait part de la triste nouvelle.