Billets d'humeur, Economie, Société

Etre un.e touriste dans sa ville

Un sentiment d’avoir fait un grand voyage sans vous être beaucoup déplacée vous étreint. Chez vous vous vous enroulez sous une couette douillette et acceptez l’invitation de Morphée qui vous tend ses bras généreux.

Billets d'humeur, Economie, Société

A-t-on le droit de dire que l’on n’a pas aimé Florence ?

S’il y a une photo que je regrette de n’avoir pas prise durant mon séjour florentin, c’est celle du tag « Tourist go home » sur un panneau de circulation, image que j’ai vue dans les premières heures qui ont suivi mon arrivée à Florence et qui a donné le ton de mon séjour. Bien sûr, la première chose à admettre, c’est que j’étais moi-même une touriste. Oui, et c’est en ce point que ce séjour a été un point de réflexion. Mille et une questions ont surgi et occupé mon esprit : Comment visiter une ville sans être touriste ?...

Billets d'humeur, Société

26 juillet 2019 10h30 à l’église de Cayriech

La terre, les animaux, ça voulait dire quelque chose pour lui, ça avait du sens. C’était un paysan, au sens noble du terme. Être paysan, nourrir les autres, c’est un beau métier, qui a de la valeur. Papi s’est beaucoup donné pour sa ferme. Il nous a beaucoup donné à nous aussi.

Billets d'humeur, Société

Ma voisine de droite

Contenir un fou rire. Faire les gros yeux, ricaner, se moquer gentiment. S’attendre à la sortie et arrivées chez soi, s’envoyer quelques messages et recommencer le lendemain matin, dès 7 heures, parce qu’on sera peut-être un peu en retard et « est-ce que tu pourrais prévenir le prof ? » « Oui, je peux. »

Billets d'humeur, Société

Je cause franglais au taf

Dis donc, tu savais que Bernard Pivot, le gars de la dictée, avait plus d’un million de followers* sur Twitter ! Ce Twitter, c’est powerful*, t’imagines même pas. Mais t’as raison, y a pas que du bon sur Twitter*, j’ai déjà eu une expérience hyper déceptive* sur ce réseau…

Billets d'humeur, Histoires et récits, Livres

Retour sur expérience / Projet livre vivant / « La Dernière Fois »

Le temps de chaque consultation était de 20 minutes, le récit durait une quinzaine de minutes, les minutes restantes étaient dédiées à l’échange entre lecteur et livre vivant. - Lors de la première session de 3 heures en bibliothèque, j’ai été consultée 3 fois. - Lors de la deuxième session de 3 heures en bibliothèque, j’ai été consultée 7 fois. - Lors de la troisième session de 3 heures en bibliothèque, j’ai été consultée 6 fois. - Lors de la dernière session de 3 heures en bibliothèque, j’ai été consultée 6 fois. En tout : 22 consultations + de nombreuses répétitions, en solo (tous les jours chez moi), et 2 avec Christine (une des porteuses du projet) = j’ai dû raconter « La Dernière Fois » quelque 80 fois.

Billets d'humeur, Histoires et récits, Livres

Projet livre vivant / « La Dernière Fois »

Vingt-quatre individus, des anonymes, comme moi, sont réunis en bibliothèque. Chacun d’eux est un livre vivant et raconte une histoire personnelle librement choisie. À l’entrée de la bibliothèque, les usagers consultent le catalogue des livres vivants disponibles et en choisissent un. La bibliothécaire va chercher le livre vivant dans la remise puis l’installe face à l’usager, tout proche de lui. Le livre vivant raconte son histoire, pour l’usager et rien que pour l’usager. La lecture une quinzaine de minutes. Ensuite, le livre vivant retourne en remise, à moins qu’il ne soit déjà sollicité pour une nouvelle consultation. L’usager peut consulter un autre livre s’il le souhaite.