Billets d'humeur, Société

Journal du couvre-finement – 2 mai 2021

Comme elle me l’a demandé, je lui envoie un mail aujourd’hui pour qu’elle le trouve à son retour au bureau, après un week-end prolongé, mardi matin. Aussitôt ai-je employé sur « Envoi », qu’elle me téléphone pour me parler du mail en question et de ce qu’il faut faire, et qu’elle est d’accord avec moi blablabla blablabla. « Je voulais t’en parler demain, mais comme je vois que tu travailles aujourd’hui, donc je t’en parle », finis-je par lui dire. « Ah non, non, non. Je ne travaille pas aujourd’hui. Aujourd’hui, je suis dé-con-nec-tée. »

Publicité
Billets d'humeur, Société

Bonne année 2021

Je lui explique ce que je cherche sans employer le mot « marguerite » car je ne sais pas que ça s’appelle une marguerite, alors je dis « panier à légumes ». Il me montre une passoire. « Non, non, c’est petit » (et avec les mains je fais un petit cercle) « et ça s’ouvre » (et avec les mains j’agrandis mon cercle). Il me montre, un panier à courses, « non, non, c’est tout petit et ça s’ouvre » (encore les cercles avec les mains)...

Billets d'humeur, Société

Journal du confinement relâché – Semaine 9 – 13 décembre 2020

Grâce à mon mal de dos je vais chez l’ostéo et je prends le métro, et comme j’ai reçu une bonne nouvelle et que je ne suis plus habituée au métro, je rate mon arrêt, donc je finis mon trajet en tram, que je ne prends jamais. Pendant le rendez-vous, je raconte tout cela à l’ostéo qui, lui, se déplace à moto.

Billets d'humeur, Société

Journal du confinement relâché – Semaine 7 – 29 novembre 2020

Je me promène sur la Coulée verte et me dis que les gens qui m’observent cachés derrière le carreau de leur cuisine doivent se dire « Tiens, y a la folle ! » parce que lorsque je marche je parle toute seule, j’agite les bras, les mains, je converse. Même derrière le masque, ça se voit.