Littérature française, Livres

« Revenir à Lisbonne » de Patrice Jean

« Je suis maçon. » Par amusement et sans mesurer les conséquences de la boutade qu’il vient de lancer à la belle brune qui est venue l’accoster et qui le met dans tous ses états. Gilles, professeur d’histoire, se retrouve coincé dans un tissu de mensonges dont il va avoir bien du mal à se défaire...

Littérature française, Livres

« De pierre et d’os » de Bérengère Cournut

Dans cet environnement extrême les esprits ne sont jamais loin. Ils façonnent le monde, peuplent le ciel, la terre et la toundra. Ils rendent visite la nuit et voilà qu’un enfant surgit en poussant un cri déchirant. Il choisira son nom en naissant : on lui récitera les prénoms de ses aïeux et l’on retiendra celui qui l’aura fait réagir...

Littérature française, Livres

« Ceux que je suis » de Olivier Dorchamps

Comme bien souvent avec les décès, les armoires qui regorgent de secrets de famille et de non-dits ne demandant qu’à voir la lumière du jour sont subitement déverrouillées. Ce voyage à Casa sera pour Marwan un pivot dans sa vie. Des pans entiers de son histoire familiale apparaîtront sous un nouvel éclairage, chahutant les pièces sur l’échiquier du « qui est qui », avec pour conséquence pour Marwan de comprendre qu’il n’est pas « ceux » qu’il croyait être...

Littérature française, Livres

« L’Homme surnuméraire » de Patrice Jean

Voilà que par un concours de circonstances, Clément a rejoint une maison d’édition à la mission quelque peu spéciale : réécrire des romans classiques pour les rendre politiquement corrects. Le résultat connaît un tel succès – ce qui en dit long sur notre époque – que les romans contemporains sont désormais passés aux fourches caudines des censeurs. Le premier sur la liste n’est rien d’autre que L’Homme surnuméraire. L’occasion rêvée pour tous les universitaires abhorrés par Clément Artois d’apposer leur pâte sur cette œuvre littéraire qui met en scène la vie de Serge Le Chenadec...

Littérature française, Livres

« Les Débutants » de Anne Serre

Raconter le début d’une histoire d’amour et la fin d’une autre, dire les émotions, les sentiments, les doutes, les interrogations, les SMS qu’on voudrait écrire, qu’on efface puis qu’on réécrit, efface et écrit de nouveau, qu’on envoie et qu’après on se brûle de les avoir envoyés. Les effets secondaires sur le corps de l’amour (fièvre, rage de dents), l’attente, l’espoir de le croiser « par hasard » sur la place du village, le besoin irrépressible de se confier à des amis, à sa coiffeuse, l’apprentissage d’un corps nouveau...

Littérature française, Livres

« Le Ghetto intérieur » de Santiago H. Amigorena

C’est par élan de vie que le jeune Vicente Rosenberg a choisi de partir pour l’Argentine en 1928. Par élan de vie et aussi pour s’éloigner de sa mère et, il est le premier à le reconnaître, ça l’avait tellement soulagé de côtoyer librement ses amis, les nouveaux et les anciens, et toutes ces personnes pétillantes qu’il rencontrait alors sans l’avoir sur le dos. Il s’était réinventé une identité...

Littérature française, Livres

« Tour d’ivoire » de Patrice Jean

Quand on vit dans le meilleur des mondes, tous nos idéaux peuvent être étendus tels des étendards flamboyants mais dès lors que la basse réalité matérielle vient cogner, le bel équilibre valdingue. Pas immédiatement, bien sûr, mais mois après mois, année après année. C’est alors qu’il y a de la friture sur la ligne, à commencer par les relations qu’on a le plus investies...

Littérature française, Livres

La Clé USB

Temps de lecture : 50’’ Imaginez que vous soyez employé par la Commission européenne, que deux individus plutôt louches vous propose un marché pas très clair, que vous refusez bien évidemment, et qu’en partant ils oublient négligemment une clé USB, que feriez-vous ? Ni une ni deux, vous feriez comme le personnage de Clé USB, vous vous… Lire la suite La Clé USB

Littérature française, Livres

« Propriété privée » de Julia Deck

Les Caradec ont innocememnt quitté Paris et leurs habitudes pour la banlieue. En s’installant dans cet écoquartier, ils pensaient faire une bonne affaire, une bonne action et tisser des liens avec des voisins sympathiques, ni plus ni moins. Le jour du déménagement, ils ont tout emporté avec eux ; leurs meubles, leur vaisselle, leurs livres et même jusqu’à leurs soucis, que madame caradec, qui a la main verte, s’évertue à faire fleurir d’une année sur l’autre.