Littérature française, Livres

« Tour d’ivoire » de Patrice Jean

Quand on vit dans le meilleur des mondes, tous nos idéaux peuvent être étendus tels des étendards flamboyants mais dès lors que la basse réalité matérielle vient cogner, le bel équilibre valdingue. Pas immédiatement, bien sûr, mais mois après mois, année après année. C’est alors qu’il y a de la friture sur la ligne, à commencer par les relations qu’on a le plus investies...