Billets d'humeur, Société

Journal du confinement relâché – Semaine 9 – 13 décembre 2020

Temps de lecture : 7’44

Dimanche 6 décembre

Durant la promenade nous passons devant une boutique qui s’appelle Melocotón, mon mot espagnol préféré. J’y entends un mélange de mélancolie et de coton doux, melocotón veut dire « pêche ». J’aime aussi beaucoup lavavajilla, qui signifie « lave-vaisselle ».

*

Le chat s’installe sur mon ventre et me malaxe de ses pattes, je me dis qu’il joue les ostéopathes, et ça tombe bien parce qu’il a des pattes. Son titre exact serait « ostéopattesdeminou » ou « ostéopattounes, praticien d’ostéopattounie ».

Début de la préparation du menu de Noël-31 décembre puisque nous faisons du deux en un.

Lundi 7 décembre

Je retombe sur de vieux cahiers que j’avais remplis de notes, de mots, de petites histoires… et parmi celles-ci je retrouve celle captée dans un bureau de poste : un guichetier se tourne vers son collègue à qui il demande « Si on met une crème de nuit le jour, est-ce grave ? » À ce moment-là, j’étais intervenue et avais répondu « C’est dramatique. »

*

Dans ce cahier, j’avais noté également que ma grand-mère me forçait à téléphoner au standard de Questions pour un champion dès que je trouvais la bonne réponse à la question destinée aux téléspectateurs. Alors, je décrochais le téléphone, composais le 0101 ou un numéro comme ça, je patientais en disant à ma grand-mère que ça allait lui coûter une fortune pour rien, et bien sûr, le standard était saturé et jamais personne ne prenait ma réponse. Le jeu continuait et quand la bonne réponse, que je connaissais, était donnée par Julien Lepers, ma grand-mère râlait parce qu’on ne m’avait pas donné l’opportunité de répondre. Ça a duré longtemps, au moins jusqu’à mes 38 ans au moins. Ma grand-mère a toujours voulu que je devienne riche. 

*

Et aussi cette histoire : une tante lointaine nourrissait sa chienne, Chipie, à la petite cuillère.

*

Chaque fois que je suis en ligne avec un prestataire mon chat se manifeste : il miaule, monte sur le bureau, se réveille me regarde et pousse un petit cri, je pense qu’un fluide circule entre le chat et ce dénommé Hervé (et j’en parle au dénommé Hervé).

*

Je calcule que je n’ai pas pris le métro depuis début octobre, voire courant septembre. Ça fait bizarre de vivre à Paris et de ne pas prendre le métro.

*

Dans une boutique, une cliente hurle au vendeur ce qu’elle cherche tout en poussant sa poussette et en hurlant sur sa mère au téléphone qu’elle ne comprend pas ce qu’elle veut qu’elle lui achète, puis elle raccroche et s’en va sans dire au revoir, tout comme elle n’avait pas dit bonjour.

*

Si je me brosse les dents immédiatement après avoir dîné, moins d’une heure après j’ai faim de nouveau.

*

L’odeur du poisson cuit la veille est toujours présente. Je me rappelle l’histoire de cette femme qui allait faire cuire son poisson et ses frites chez sa mère. Cette femme faisait tourner jusqu’à 21 lessives par week-end (dans une famille comptant quatre personnes).

Mardi 8 décembre

3 h 30 du matin : je cours après le sommeil alors j’amorce une discussion avec une amie qui vit à Taipei.

*

Dans le noir, je braque mon téléphone sur le chat, ses yeux s’éclairent comme dans les reportages animaliers filmés en infrarouge ; on dirait un crocodile.

*

Grâce à mon mal de dos je vais chez l’ostéo et je prends le métro, et comme j’ai reçu une bonne nouvelle et que je ne suis plus habituée au métro, je rate mon arrêt, donc je finis mon trajet en tram, que je ne prends jamais. Pendant le rendez-vous, je raconte tout cela à l’ostéo qui, lui, se déplace à moto.

*

L’ostéo m’explique qu’un de ses patients, qui était obligé de prendre une chambre d’hôtel entre midi et deux pour dormir un peu a rejoint un club, un genre de AA pour insomniaques, où il avait appris que le lit ne devait servir qu’au sommeil et au sexe. Interdiction de lire, regarder des films, travailler… dans son lit.

*

Dans la cuisine, mon chéri me dit « Quand on habitera ensemble, ça ne sera pas toi le chef ! », « Ben, ce sera qui alors ? »

*

20 h 30 : après une nuit blanche et une grosse journée de travail je vais me coucher. Au passage je remarque que les enfants des voisins sont encore à table, je me révolte « Il y a école demain ! » et puis je me rappelle qu’il n’y a que dans mon corps qu’il est 23 heures passées.

*

Juste avant que je ne m’endorme, mon amie de Taipei m’écrit « Et maintenant, c’est chez moi qu’il est 3 heures du matin et c’est moi qui ne parviens pas à dormir. »

Mercredi 9 décembre

Première orange de la saison.

*

Les voisins des psys dont le cabinet est dans un immeuble d’habitation ne croisent dans les couloirs que des gens en pleurs qui marchent d’un pas pressé le nez enfoncé dans leur cache-nez.

*

Sans que je ne lui aie demandé quoi que ce soit, tout d’un coup Word change la typo de mon texte :

*

« On devrait regarder un Louis de Funès bientôt, Rabbi Jacob ou Hibernatus. » « J’en ai regardé un il n’y en a pas longtemps. » « Ah mais tu ne m’attends jamais pour regarder de bons films ! »

Jeudi 10 décembre

*

Souvent, mon chéri et moi, quand nous écoutons parler quelqu’un nous faisons la remarque que « elle n’a pas la voix de son âge » ou qu’« il a une voix qui fait plus jeune, plus vieux ». Je me demande par quel phénomène la voix vieillit, ce sont les cordes vocales qui se distendent ?

*

Un camarade lecteur de mon blog confirme les bienfaits de Faites entrer l’accusé pour s’endormir (sieste comprise), il suggère également « Affaires sensibles, pas mal non plus, sauf les intermèdes musicaux (et en plus on peut les télécharger en podcast) » (cf. post du 6 décembre). PS : Si certains ont des tuyaux à partager, on prend.

*

Depuis mi-mars les ventes de brosses à dents ont chuté de 26 %, celles de dentifrice de 43 %, et celles de parfums et eaux de toilettes de 53 %. 

*

Le chat passe de plus en plus de temps lové dans la couverture dans le fauteuil, je le lui dis « Tu t’empâtes minou. Attention, tu t’embourgeoises. »

Vendredi 11 décembre

J’écoute le journal en direct sur mon téléphone et sur l’ordi, ce n’est pas synchronisé, donc j’entends simultanément la question et la réponse.

*

Je travaille avec une Leslie et une Nelly, et je connais aussi une Nelly, je les appelle Nesllie.

*

Pôle emploi m’ayant versé trop d’argent, je programme un virement de remboursement en sa faveur. Au même moment, Pôle emploi envoie sur mon compte une somme d’argent quasi équivalente à celle que je lui envoie. Je me demande si mon banquier n’a pas la berlue en analysant les mouvements sur mon compte courant, car moi je l’ai.

*

Mouche > Crevette. À l’heure du dîner nous décortiquons quelques crevettes. Pour la première fois, le chat ne se précipite pas au pied de la table en nous implorant du regard, car une mouche qui s’est introduite dans la maison lui fait la nique. Toutefois, le chat interrompt régulièrement sa course-poursuite pour vérifier qu’on lui en laisse une ou deux. La mouche se révélant insaisissable, il finit abandonner et se rabattre sur les crevettes, déjà pêchées. Pas facile de gagner sa pitance.

*

Mon chéri me dit qu’en ayant dit dans mon blog qu’il s’endormait en lisant un de mes textes je le faisais passer pour un je-ne-sais-quoi. « Mais non, c’est moi qui passe pour écrire des textes soporifiques. » (Peut-être devrais-je me relire pour m’endormir…)

Samedi 12 décembre

Comme chaque année à la même période depuis 2007 (parfois à Pâques aussi), j’écris une carte de vœux à un vieux monsieur belge rencontré sur une île croate, dans une église un jour de pluie. Une discussion de cinq minutes mais une rencontre pour la vie. (Nous ne nous sommes jamais revus.)

*

Je suis vigilante à ne pas mélanger les couleurs dans les lessives et puis de temps en temps, ça me prend et je mélange tout.

*

Un grand-père, une mère et sa fillette : « Non, je t’ai déjà expliqué que c’était mon papa, pas le tien. »

*

Je ne cesse de me répéter que je devrais compter le temps que je passe chaque semaine à préparer ce billet et le dire sur mon blog.

Un dessin inspiré de celui de Soledad

*

© Virginie Manchado, 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s